Portrait : Quasar

  • 1 comment
Quasar

Une entrevue avec la directrice artistique de Quasar

Notre série « Portrait » vise à présenter les personnes et organisations qui font partie de la communauté de clients de Percumédia.

Pour cette première édition, nous vous présentons un organisme culturel, le Quatuor de saxophones Quasar, représenté par sa directrice artistique, Marie-Chantal Leclair.

Marie-Chantal Leclair a été exposée très jeune à la musique, dans sa famille d’abord et à l’école primaire ensuite. Au secondaire, elle éprouve un coup de cœur pour le saxophone. Elle décide alors de poursuivre des études spécialisées en musique, au Cégep St-Laurent et à l’Université de Montréal où elle fera un baccalauréat et une maîtrise sous la direction du professeur René Masino.

À la fin de sa maîtrise, son professeur l’encourage à plonger dans la vie professionnelle, plutôt que continuer ses études.

« Il faut comprendre que pour un jeune diplômé en interprétation au saxophone classique contemporain, les chasseurs de tête ne sont pas après vous! »

Elle décide donc de prendre son développement professionnel en mains et fonde avec des collègues musiciens passionnés comme elle le Quatuor de saxophones Quasar. C’était en 1994.

Quasar

Quasar est une entreprise familiale : outre Marie-Chantal Leclair, le groupe est aussi composé de son conjoint, Jean-Marc Bouchard, de son frère, Mathieu Leclair, et d’un ami de longue date, André Leroux. Précisons que les quatre fondateurs sont toujours ensemble après 23 ans, une longévité assez rare pour un groupe musical

La chimie entre les membres du groupe tient au fait que tous se sont rassemblés autour d’un projet artistique bien défini. La mission du groupe est toujours demeurée intacte: la musique de création, le développement du répertoire et l’innovation. Chacun de ses membres a évolué, s’est développé de manière individuelle, mais la mission du groupe est toujours restée la même.

« La musique de chambre, en petit groupe, est un format idéal puisqu’on y vit à la fois l’expérience du travail collectif et l’expression artistique individuelle. »

Marie-Chantal Leclair explique aussi la longévité du groupe par le fait que son succès s’est construit graduellement au cours des années, plutôt que de manière spontanée. Les conditions de travail et de création s’étant améliorées à chaque année, chacun des musiciens a vu son implication et sa motivation grandir.

Aujourd’hui, en plus des tournées et des nombreux concerts qu’il faut donner et préparer, le groupe consacre un minimum de 9 heures par semaine de travail de répétition pour maintenir son niveau technique et artistique.

Quasar en concert

Une compagnie autogérée

En plus leur travail artistique, les membres du groupe assument également les principales tâches liées à la gestion de la compagnie. À l’origine, Quasar fonctionnait en gestion par projet et Marie-Chantal Leclair assumait seule la plupart des tâches administratives. Après avoir évolué vers une gestion annuelle, pour enfin se retrouver dans un contexte de gestion pluriannuelle, où la planification est envisagée sur de plus longs cycles, les autres membres du groupe se sont graduellement impliqués.

Aujourd’hui, bien que la prise de décision se fasse toujours de manière collégiale, les tâches de direction sont divisées entre trois des membres : Marie-Chantal Leclair assume la direction artistique, Jean-Marc Bouchard la direction des opérations et Mathieu Leclair la direction administrative. Quasar est donc une compagnie artistique autogérée.

À ce noyau s’est jointe une équipe collaborateurs externes pour certaines fonctions plus pointues comme le graphisme, le développement web, les relations de presse, la traduction, etc. Cette équipe de pigistes qui gravite autour des trois directeurs est stable et chacune des personnes qui la composent connaît bien le groupe et ses besoins, si bien que le travail peut se faire très rapidement.

Le rôle de la directrice artistique.

Marie-Chantal LeclairComme directrice artistique, Marie-Chantal Leclair apporte d’abord la vision artistique et rassemble l’équipe autour de cette vision. De plus, c’est elle qui « signe » la programmation du groupe, bien que chacun puisse contribuer à la définir. Il s’agit donc de maintenir et nourrir la vision et faire en sorte que les actions soient en cohérence avec cette vision.

Ce rôle comporte aussi une démarche de recherche. Marie-Chantal Leclair doit être à l’affut des nouvelles tendances, identifier les nouveaux courants et demeurer bien informée de ce qui se passe au niveau international.

De plus, il faut également assurer et initier des relations avec des partenaires artistiques de tous genres : orchestres symphoniques, autres groupes, compositeurs, sociétés de concert, organismes culturels, etc.

« L’un des facteurs ayant contribué au succès du groupe tient à son positionnement dans un univers hautement compétitif. Il faut donc que la direction artistique veille à nourrir la marque et l’identité du groupe. »

Qu’est-ce qu’une bonne pièce musicale?

L’appréciation de la musique tient autant à des critères irrationnels que rationnels. La musique, c’est d’abord de la communication et de l’émotion, pas au sens romantique du terme, mais plutôt dans le sens de faire vivre une expérience. C’est très sensoriel.

Il faut que la musique surprenne et qu’elle soit portée par une clarté d’intention, que ça « se tienne debout ». En musique, on parle à cet égard de forme.

Une bonne pièce donne envie de la réécouter, elle permet d’en découvrir de nouvelles facettes à chaque écoute. Pour Marie-Chantal Leclair, les notions d’originalité, d’identité et de personnalité sont très importantes. Elle cherche une voix distinctive.

Qu’est-ce qu’on bon auditeur?

Fondamentalement, pour Marie-Chantal Leclair, un bon auditeur est d’abord curieux. C’est aussi quelqu’un qui est prêt à une certaine forme d’abandon, à se laisser aller dans une proposition artistique, sans a priori.

Un bon public, c’est aussi un public exigeant. Cette exigence va avec la curiosité. Le public doit s’attendre à ce qu’on lui donne quelque chose.

Sur scène, ajoute-t-elle, on sent le public. Pour qu’il réponde, il faut que la relation soit initiée par l’artiste. C’est lui qui a la responsabilité d’ouvrir la conversation et d’établir la confiance du public.

Quasar aime aller à la rencontre du public ou des publics, et n’hésite pas à sortir de sa zone de confort pour se produire dans l’espace public.

Les activités de Quasar cet automne.

Fin septembre le groupe joue au Marché Jean-Talon et le 1er octobre avec l’Orchestre Symphonique de Montréal. Ensuite, vient une semaine de résidence de création à Vancouver et fin-octobre un nouveau projet : le Quasar-chestra avec d’autres musiciens, jusqu’à 12 saxophones. On peut voir le détail de ces activités sur le calendrier du site web de Quasar.

 

Commentaires

Emanuel d'agen… (non vérifié) lun 08/10/2018 - 04:24

Je suis conquis par vos spectacles. On y sent réellement une touche de professionnels. Et je prends déjà le rendez-vous pour cet automne.

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.